Hydrogéologie en zone saturée

Installation d'une sonde dans la grotte d'Eprave
Installation d’une sonde dans la grotte d’Eprave.

La caractérisation de l’aquifère étudié se fait au travers d’un monitoring des eaux souterraines et des eaux de surface de la zone étudiée. Dès le début de l’étude KARAG, un dispositif de mesures a été déployé sur l’ensemble du réseau karstique de la Lomme ainsi que sur le plateau du Gerny tout proche. Ce réseau est constitué de stations de monitoring des eaux souterraines (niveaux d’eau, conditions physico-chimiques), d’un monitoring des eaux de surface (débits, physico-chimie) et d’un suivi des conditions météorologiques (pression atmosphérique, précipitations, températures). L’objectif de ces mesures est d’acquérir un nombre suffisant de données pour permettre de préciser la dynamique de l’aquifère à  l’échelle régionale en fonction des fluctuations des conditions hydrologiques. Cette caractérisation sera réalisée au travers de différents outils : cartes piézométriques, analyses de chroniques, bilan hydrogéologique du bassin, construction de modèles hydrogéologiques.

Monitoring piézométrique et hydrochimique

Au total, une vingtaine de sondes piézométriques ont été installées dans le réseau karstique, dans les rivières de surface et dans des piézomètres du plateau du Gerny. Ces sondes permettent le monitoring avec un pas de temps de 15 minutes des variations de hauteur, de conductivité électrique et de température de l’eau de l’aquifère karstique.

exemple hauteurs
Exemple des données de monitoring piézométrique effectué dans le système karstique de la Lomme en 2013-2014.
exemple tempéraure
Exemple de chronique illustrant la différence de température dans les eaux de différents milieux.

Monitoring des débits de rivières

Gauging in Rochefort underground river
Mesure du débit dans la rivière de la grotte de Lorette.

Pour réaliser un bilan hydrogéologique du bassin versant étudié, il est nécessaire de mesurer de façon précise les débits qui transitent au sein de ce bassin. Pour ce faire, nous disposons des données récoltées par la Direction des Cours d’Eau non navigables (Service Public de Wallonie – DGARNE) sur la Hédrée, la Wamme et la Lomme. De plus, des stations de mesure spécifiques ont été mises en place sur le Biran ainsi que sur la Lomme au niveau de la résurgence d’Eprave. L’ensemble de ces stations permettent de déterminer le total des débits entrant et sortant du bassin versant étudié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *